image

Célébration de la journée internationale des droits de l’enfant – École des Salines

0
sur

Les enfants ont été ravis durant la célébration de Journée internationale des droits de l’enfant le 20 novembre passé. On vous invite à regarder une courte vidéo qui présente cette journée !

Cliquez l’image pour voir la vidéo.

Journée-des-enfants_016__MG_3504

D’Andorre jusqu’en Espagne, la Malagasy Gospel chante les droits de l’enfant

0
sur
D’Andorre jusqu’en Espagne, la Malagasy Gospel chante les droits de l’enfant

Elles sont vingt-et-une filles et Harris, seul garçon et voix leader de la Malagasy Gospel du Centre d’Art et Musique de l’ONG Bel Avenir, à s’envoler pour l’Europe le lundi 21 novembre dernier. Emportant avec eux un répertoire de chants en espagnol, malgache, français et catalan, la chorale sensibilise les publics andorran et espagnol sur les droits des enfants et la vie quotidienne à Madagascar.

La Malagasy Gospel est une chorale de chant de gospel formée par environ 200 filles et une voix masculine d’un jeune non-voyant. L’ONG Bel Avenir effectue quotidiennement un suivi scolaire de ses bénéficiaires et pour choisir les choristes participantes à la tournée, un des critères de sélection a été l’assiduité scolaire. Durant un mois, des rencontres avec d’autres jeunes, des concerts, des découvertes exceptionnelles vont leur permettre de grandir et de devenir les futurs leaders de leur communauté.

Organisées par la Fondation Agua de Coco, les représentations du groupe commencent à l’Auditorium National d’Ordino, au nord-ouest d’Andorre le 25 novembre avant de continuer au Centre Culturel à Tarragone et au Théâtre Can Massalera à Barcelone au nord-est de l’Espagne les 26 et 27 novembre. Du 1er au 19 décembre, la chorale poursuit son trajet en passant par Valladolid, Getxo, Coruña, Ibiza, Palma de Mallorca et Madrid.
MGOSPEL2

Dans toutes les villes où les choristes passent, ils effectuent des échanges culturels avec des enfants de leur âge dans des écoles comme l’École Publique Mare De Deu Del Llidó à Ordino ou à l’École Ordino. Les jeunes de Madagascar ont même l’occasion de loger au grand parc d’attractions Naturlandia à Andorre où ils peuvent profiter de grands loisirs comme le tobotronc ou le circuit buggy 4×4. La Malagasy Gospel présentera pour la première fois un concert dans un bateau durant leur trajet de Palma Mallorca jusqu’à la belle ville d’Ibiza.

Tout au long de leur séjour, les filles remplissent leur cahier de voyage où elles marquent toutes leurs découvertes qu’elles pourront partager avec leurs familles et leurs amis une fois de retour au pays.

« Il était une fois mille voix » qui promeuvent les droits des enfants

Cette tournée d’échanges culturels est organisée dans le cadre du projet artistique et de solidarité « Il était une fois mille voix ». La musique est choisie comme outil de diffusion et de défense des droits des enfants.
Après avoir traversée plusieurs villes espagnoles, la Malagasy Gospel clôture son voyage culturel en unissant ses voix avec divers chœurs de l’Espagne au Centre Olympique de tennis de Madrid « La Casa Mágica » les 17 et 18 décembre. Un spectacle familial dans lequel 1 000 enfants joignent leurs voix pour défendre leurs droits.

Avec l’appui de la Mairie de Madrid et les collaborateurs la Fundacion Telefonica, Garrido, Anya, Hinves, Mio Design, Papanautas, Freepress, Seur, Atrápalo, Lola la Mota, Oyemira, Metromadrid, Lapizdavida, Curín et Improve For Change, la Malagasy Gospel et les choristes espagnols peuvent réunir 10 000 personnes durant ces deux concerts. Les droits des enfants méritent bien d’être promus!

MGOSPEL3

Si le RAEE me contait l’Afrique…

1
sur

Nous sommes désolés mais l’accès à cet article est réservé aux membres du réseau Partage-Lamako. Veuillez vous identifier si vous êtes membres
We are sorry but access to this content is for Partage-Lamako Network partners. Please login in  »members area » if you are a partner.

RAEE : des échanges productifs pour la pérennisation des projets et du réseau !

3
sur

RAEE atelier 4C’est avec un nouvel élan que le quatrième atelier du Réseau Afrique Enfance Epanouie s’est achevé samedi dernier. Les sept ONG africaines et leur partenaire français Partage se sont retrouvés au Bénin, pour une semaine d’échanges du 28 octobre au 2 novembre. Cette session a questionné tout d’abord la vie du réseau, puis abordé un sujet brûlant pour les acteurs de terrain comme pour ceux qui les financent : « comment pérenniser et transférer des projets éducatifs ».

Le premier point a été abordé avec le constat en demi-teinte d’un équilibre difficile à trouver entre temps consacré aux échanges entre ONG et travail de terrain. Mais les actions envisagées lors de la dernière session du RAEE (en 2011 à Madagascar) étaient-elles réalisables ? La planification peut-elle s’adapter à un mode de fonctionnement riche aussi d’échanges informels ? La rencontre a confirmé le bénéfice des formations en atelier et l’existence d’un réel lien de solidarité entre les ONG membres. Par exemple, après 2011 l’équipe du Dispensaire Trottoir au Burkina Faso a mis en place une base de données pour le suivi des enfants bénéficiaires. Elle a aussi introduit, avec succès, la plantation de Moringa pour nourrir les enfants de l’école et du centre social, en s’inspirant d’une expérience présentée par l’association malgache Bel Avenir.

Tous ses membres souhaitent développer le RAEE. Des solutions ont vite été proposées pour faciliter et structurer le travail en réseau :
– choix d’un animateur relai du RAEE dans chaque association, par délégation de la direction
– validation d’une co-animation de la responsable de développement du réseau Lamako de Partage, au côté du coordinateur du réseau
– diffusion des outils d’échange de savoirs (blog) vers les équipes
– élaboration d’un plan d’actions 2014-2015 plus réaliste que le précédent
– engagement des membres à cofinancer le réseau
– réflexion sur la vision, les statuts et la forme juridique à donner au RAEE.
Les ONG membres s’associeront pour des projets communs selon leurs priorités et leurs capacités opérationnelles : un projet pilote sur le suivi-évaluation à lancer avec le F3E, des actions de plaidoyer à l’occasion de la journée de l’enfant africain, entre autres.
Les échanges sur le RAEE se sont terminés par l’élection à la coordination du réseau de Nasser Assoumani, directeur de Maeecha, pour les deux prochaines années. C’est d’ailleurs Maeecha qui pourrait accueillir le prochain atelier, aux Comores en 2015.

Le deuxième sujet fort de la semaine a été la « pérennisation des projets éducatifs ». Les échanges ont permis de répertorier les « bonnes pratiques » qui contribuent à rendre un projet ou une action pérenne. Sont ressortis notamment- la nécessité d’associer les bénéficiaires aux étapes de construction et de mise en oeuvre d’un projet et d’un autre côté le besoin « d’apprendre à dire non », des modèles d’activités génératrices de revenus qui permettent à une action de perdurer sans dépendre d’un bailleur externe… Un manuel reprenant les apports théoriques et les expériences présentées par chacun des membres du RAEE sera publié d’ici la fin du mois.

Un autre résultat issu de l’atelier pourrait être l’ouverture d’une rubrique « humour » dans le blog, si l’on capitalisait les blagues des « intellectuels du développement », qui ont animé les reprises en demi-journées, avant les moments d’étude !
Au final, grâce à l’implication de chacun, c’est un groupe soudé par des échanges chaleureux et par la perspective d’un RAEE renforcé qui s’est séparé à l’issue de l’atelier.