image

Journée de l’enfant Africain 2014

0
sur

Créée par l’Organisation de l’Unité Africaine, la journée de l’enfant africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976. Chaque année, La Journée de l’Enfant Africain (JEA) permet aux défenseurs des droits de l’enfant, y compris les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les entités internationales, de sensibiliser sur les questions touchant les enfants dans la région. Le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant sélectionne chaque année un thème pour la commémoration de cette journée. Le 16 juin 2014, 23e anniversaire de la journée de l’enfant africain, a été célébré sous le thème: « Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour more →

JEA 2014, RACINES sacrifie encore à la tradition

0
sur

Depuis l’institutionnalisation par les Nations Unies du 16 Juin, Journée de l’Enfant Africain (JEA), en souvenir du massacre de centaines d’enfants sud-africains lors d’une marche pour leur droit à SOWETO, l’Association RACINES ne cesse de sacrifier à cette tradition par diverses activités visant l’épanouissement des enfants.

IMAG1233Cette année, en collaboration avec les partenaires du Réseau Afrique Enfance Epanouie (RAEE), l’Association française Partage et des organisations nationales, RACINES a organisé deux activités importantes au profit des enfants du département des Collines, l’une de ses zones d’intervention.

D’abord, l’organisation des jeux itinérants et compétitions sportives au profit des enfants des écoles partenaires sur une quinzaine de jours. Ces activités ludiques sont essentiellement des jeux de danses, de ciseaux, de courses en sac de jute, de bougie etc… Ils visent à stimuler le sens d’éveil, de curiosité et le développement de l’esprit d’équipe, d’endurance et de détermination des enfants.

Ensuite, une compétition de productions littéraires a été initiée au profit des enfants des cours moyens première et deuxième année (CM1 et CM2) sur le thème retenu pour la présente édition : « Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour tous les enfants d’Afrique ».

Ce concours a connu la participation de plusieurs dizaines d’enfants issus des écoles des deux communes. Le jury, constitué à cet effet et composé d’éminents enseignants de la langue française de la région, a présélectionné les six meilleures productions. Ces six écoliers présélectionnés pour la qualité de leurs poèmes ont été invités, le 16 juillet, à une manifestation grande publique à la place de l’indépendance de Savalou pour déclamer leurs poèmes. Le jury a statué tant sur les productions écrites que les habiletés mises en exergue par les écoliers sur scène. A l’issu de l’exercice, c’est l’élève KOUNOU Joviane de la classe de CM1 à l’Ecole Primaire Publique Houeto de Savalou qui a remporté le premier prix composé d’un vélo tout terrain ajouté aux lots de livres et dictionnaires auquel a droit chacun des présélectionnés. Le deuxième prix (mini-ordinateur instructif) est allé à l’élève AGOLIGAN Jennifer Senami en classe de CM2 de l’Ecole Primaire Publique Atokolibé de Banté et l’élève DOSSOU Zaddys de la classe de CM2 de l’Ecole Primaire Publique de Zounzonkanmè de Savalou s’approprie le 3ème lot soit un puzzle géant.

Les déclamations ont été précédées d’un gigantesque défilé et d’une séance de plaidoyer conduits par les enfants en direction des parents, autorités locales et déconcentrées de l’éducation. L’essentiel de leur plaidoyer a porté sur une éducation de qualité dans un environnement stable dépoussiéré de grèves, de violences et de toute sorte d’abus sur eux.Ó

Les manifestations ont connu la présence du Maire de Savalou, Mr Bonaventure AFFLE, du Directeur Départemental des Enseignements Maternel et Primaire du Zou, Mr Jérôme SOGLO qui a d’ailleurs donné réponse au plaidoyer. Selon ce dernier le contenu du plaidoyer des enfants sera porté à l’attention de qui de droit. Les changements souhaités par les enfants constituent d’ailleurs selon lui le cheval de bataille de l’Etat Béninois qui voudrait à coup sûr atteindre les objectifs éducatifs définis dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement d’ici 2015, date prévue pour leur évaluation globale.

A la fin de la cérémonie, Tobias GBAGUIDI, Coordonnateur des Programmes Collines de RACINES est revenu sur la nécessité pour les autorités des communes de Savalou et Bantè de transcrire au niveau des plans de développement de leurs collectivités des politiques mesurables pro enfant. « Nous avons bien reçu et nous prenons l’engagement de consolider ce que nous faisons déjà » a rassuré en guise de conclusion le Maire Bonaventure AFFLE.

Samson BEHANZIN

Film sur l’événement: https://www.youtube.com/watch?v=txtkELPju-s

L’ASA: première édition de la Journée de l’Enfant Africain dans sa zone de migration

0
sur

Nathalie Ralison, responsable du suivi social à l’ASA, nous raconte la première JEA organisée dans le Bongolava, à Madagascar.
IMG_2238 (Copier)Comme c’était la première fois que nous marquons cet évènement, un résumé de l’historique de la Journée de l’Enfant Africain a été présenté, avec une exposition sur les faits se rapportant à la journée a été intégrée au programme. Enfants, jeunes, parents, enseignants et autres personnel de la ZMA (zone de migration agricole), autorités locales des Fokontany (quartiers) ont été invités à y assister.

L’exposition, basées sur des images, se déroulait en quatre parties :
– Les problèmes dans les pays Africains qui font obstacle au droit à l’éducation
– Les richesses naturelles, les efforts et les programmes de développement qui ont un impact positif
– Incitation à la réflexion sur les faits existant dans la zone de migration d’Ampasipotsy et à Madagascar par rapport à ces problèmes et ces atouts cités ci-dessus.
– Les droits des enfants.

L’utile et l’agréable ont été réunis durant ces trois journées de fête: sensibilisation pour que la situation locale s’améliore, activités récréatives. Les élèves de l’école primaire d’Antanambao ont présenté deux mouvements d’ensemble. SAMSUNG CAMERA PICTURES Chaque groupe a donné le meilleur d’eux même et le public a soutenu ces initiatives et ces efforts.

Nous espérons que les messages transmis à travers ses activités apporteront une amélioration sur l’accès à l’éducation, le maintien des enfants et des jeunes à l’école et aux centres de formations. Quand ces enfants et ces jeunes entreront dans la vie active, les bagages qu’ils ont reçu leur serviront à prendre les bonnes décisions, à mieux agir, à être responsable, à vivre en paix.

Dispensaire Trottoir: une belle « Journée de l’Enfant Africain »

0
sur

J’espère que tout le monde a bien fêté  cette journée exceptionnelle et importante!
C’est avec joie que j’aimerai partager avec vous les activités que nous avons menées lors de la commémoration de la Journée de l’Enfant Africain.
Voilà quelques images pour illustrer cette belle journée qui a captivé toute notre attention:

Pour cette journée du 16 juin, l’accent était mis sur le droit à la participation.

Les objectifs visés étaient:
–  Créer un cadre de confiance entre l’équipe et les enfants.
–  Contribuer à renforcer leur capacité à communiquer et à collaborer les uns  avec les autres.
–  Développer le sens du soutien et de la solidarité envers leurs camarades.

Les activités menées ont été les suivantes :
– Chants et poésies des enfants
–  Ballets des enfants
–  Les activités de créativités (bouteilles de décoration à base de sable coloré naturellement)
– Sketches sur les droits des enfants
–  Jeux (le miroir, toto avale, ciseaux, assiette, …)
–  Le défilé en tenue traditionnelle
– Concours de danse.

Le 16 juin, Journée de l’Enfant Africain

0
sur

Cette année les ONG partenaires du Réseau Afrique Enfance Epanouie échangent sur les activités qu’elles multiplient pour plaider en faveur des droits des enfants. L’an prochain, elles espèrent développer des projets communs.

La Journée de l’Enfant Africain est célébrée chaque année en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leur droit à Soweto dans une ‘’Afrique du Sud apartheid’’ le 16 juin 1976. Ils protestaient contre l’imposition de l’enseignement exclusif en langue « afrikaans », langue identifiée aux défenseurs de l’apartheid.

Depuis lors, la célébration de la mémoire des jeunes victimes permet aux organisations agissant pour l’enfance, comme celles regroupées au sein du réseau RAEE, d’organiser un plaidoyer auprès des institutions et des politiques. C’est l’occasion de rappeler aux gouvernants les responsabilités dans la protection des enfants, de prendre de nouveaux engagements pour leur épanouissement et aussi de sensibiliser le public. Les événements doivent être festifs et ludiques, car il est l’essentiel d’associer les plus jeunes à la défense de leurs droits.

Les partenaires du RAEE sont nombreux à s’être impliqués. Ainsi en Côte d’Ivoire, l’ONG MESAD : « Nous espérons faire vivre un merveilleux moment aux enfants lors de cette énième journée de l’enfant africain, mais surtout nous espérons que cette activité sera l’occasion de faire un plaidoyer concernant la situation des enfants et de leur éducation », explique Meria Nadje, directrice des relations publiques.

En Afrique de l’Ouest également, au Burkina Faso, l’ASECD a voulu célébrer la journée du 16 juin pour : « Contribuer à améliorer les connaissances des enfants en matière des droits et devoirs des enfants. » et « offrir un cadre de divertissement et d’émergence des talents artistiques et littéraire des enfants ». L’association propose un exposé sur le contexte historique de la journée du 16 juin, une conférence sur les droits et devoirs des enfants, un jeu de questions-réponses sur le thème de la journée, un concours de poésie et un concours de danse en musique moderne africaine et traditionnelle. L’autre structure burkinabè membre du RAEE, le Dispensaire Trottoir, reste sur le principe d’un événement ludique. Djénéba Konaté, responsable éducation, annonce : « une kermesse au profit des enfants ».

Au Bénin, l’ONG Racines a de son côté prévu un concours littéraire, un concours de danse, des jeux et compétitions sportives itinérants dans 3 écoles de la région des Collines où son équipe opère, avec de petits prix à gagner par les enfants. Par contre, la fête a été différée à fin juin à cause de grèves dans le secteur de l’éducation…

Dans l’Océan Indien, aux Comores, Maeecha a lancé dès le mois dernier des tournois inter-écoles de football, handball et un concours d’écriture sur le thème des droits de l’enfant, qui se poursuivront jusqu’àla finale, le 14 juin. Une cérémonie festive de remise des prix et de plaidoyer sera ensuite co-organisée le 16 juin par les enfants, en présence des autorités du pays à Adda Anjouan. Au total ces événements toucheront« les quelques 13 000 enfants des écoles primaires publiques du Nyumakele », précise Nasser Youssouf, chargé de communication. Ça sera « l’occasion pour eux, non seulement de plaider et de sensibiliser les acteurs sur les aspects qui continuent de remettre en cause leurs droits mais aussi de s’exprimer, à travers différentes formes artistiques », sur le respect de leurs droits les plus fondamentaux devant leurs parents, les conseils d’écoles et les enseignants.

A Madagascar l’équipe sociale, l’équipe enseignante et l’équipe de parrainage de l’ASA organiseront des activités socioculturelles dans les 3 centres de la zone de migration. Au programme, un carnaval autour de chaque centre, une exposition sur l’origine de la journée et sur les droits des enfants, un concours de théâtre et un concours de poème… plus un « incontournable » match de football ! La journée sera bouclée par la distribution des prix aux gagnants de chaque discipline. Dans le sud de Madagascar où agit Bel Avenir, la journée de l’enfant africain –célébrée la première fois cette année par l’ONG- commencera comme il se doit par un match de football. D’autres animations sportives et des animations musicales et sensibilisations sur le thème de l’enfant africain rythmeront la fête, puis ensuite les filles percussionnistes de la Bloco Malagasy et des danseurs de capoeira. Les enfants malgaches vont se faire entendre ! « Pour que tous les enfants [..] puissent vivre une vraie vie d´enfant !», plaide sa représentante, Onjaniaina Ravaka.

Journée de l’enfant africain

0
sur

Affiche MESADLe 16 juin est la Journée de l’enfant africain*. Très investies dans la défense des droits des enfants, les structures membres du Réseau Afrique Enfance Epanouie (RAEE) sont nombreuses à mobiliser les énergies autour de cette commémoration.

Parmi elles, l’ONG ivoirienne MESAD (Mouvement pour l’Education, la Santé et le Développement) organise une fête qui réunira  2000 enfants du district d’Abidjan et se déroulera sous le patronage de Madame Anne Désirée  Ouloto, Ministre de la solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant.

La célébration de cette journée s’inscrit dans le cadre des activités de promotion et de défense des droits de l’enfant qu’entreprend le MESAD.  L’édition 2013 a comme thème:  «Ensemble contre les pratiques sociales et culturelles néfastes sur les enfants».  Les enfants promouvront leurs droits au travers d’une parade et diverses activités artistiques.

Cet événement est organisé en partenariat avec Terre des Hommes Italie, grâce au soutien de l’Union Européenne et à la collaboration de la Croix Rouge. Il aura lieu avec une journée « d’avance » sur la date officielle, ce samedi 15 Juin 2013,  au complexe socio-éducatif « Centre Ami de Cœur »  à Yopougon, Quartier Doukouré Yao Sehi, de 8h30 à 13h30.

Pour en savoir plus: www.mesad.org .

 

* La Journée de l’enfant africain est célébrée depuis 1991, en mémoire des centaines de jeunes filles et garçons massacrés à Soweto en Afrique du Sud  en 1976, lors d’une marche de protestation contre la mauvaise qualité de leur éducation et pour le droit à recevoir des enseignements dans leur langue.