image

La 5eme Rencontre RAEE aux Comores approche !

0
sur

Photo RAEE

Membres du RAEE lors de la dernière rencontre en 2013 – Bénin

Depuis sa création en 2009, le Réseau Afrique Enfance Epanouie (RAEE) s’est fixé comme objectif de contribuer à l’épanouissement des enfants et des jeunes à travers divers axes d’actions tels que les échanges d’expérience, le renforcement des capacités, la capitalisation et la mise en œuvre de projets communs.

Tous les deux ans, un atelier d’échange et de formation rassemble les membres du RAEE, rencontre organisée dans un des pays membres, choisi à tour de rôle. Cette fois-ci, c’est Maeecha aux Comores qui nous accueillera chaleureusement  autour de la thématique de la planification, le suivi et l’évaluation basés sur les approches orientées changement.

Le but de cette rencontre est de doter le réseau d’une vision commune à court et à moyen terme et de fixer les objectifs à atteindre en son sein afin d’influencer le changement auprès de ses bénéficiaires et notamment  les enfants.

Ce rassemblement aura lieu du 26 au 31 octobre aux Comores. Le RAEE comptera sur l’expertise du F3E dans la préparation et la co-animation de l’atelier.

 

Participation du RAEE à l’atelier Prisme

0
sur

DSC02850

Nasser Assoumani – Directeur de Maeecha et Coordinateur RAEE

Nasser Assoumani, Directeur de Maeecha et Coodinateur du RAEE, partage avec nous l’expérience du réseau lors de l’atelier Prisme de juillet.

Parlez-nous de l’atelier PRISME qui a eu lieu en juillet dernier? Quel est le rôle du RAEE ?

Les membres du Prisme se sont réunis à Paris du 6 au 10 juillet dernier pour échanger sur l’avancement du programme en général et en particulier de produire des enseignements transversaux, de construire des messages communs, de travailler sur notre projet, de se renforcer entre pairs pour relever nos défis et de se projeter enfin dans l’avenir. Le RAEE représenté par MAEECHA des Comores et le MESAD de la Cote d’Ivoire avait joué le jeu en partageant selon les moments son expérience aux Comores et en Cote d’ivoire vu que nos projets étaient parmi les tout premiers à démarrer.

more →

Nouvelles du Prisme!

0
sur

Logo Prisme

Le Prisme (Programme d’Innovations méthodologiques pour planifier, suivre et évaluer des processus de changement), porté par le F3E et financé par l’AFD, propose à 15 projets de 10 pays différents d’expérimenter des dispositifs de suivi-évaluation orienté changement. Le deuxième séminaire lié au programme aura lieu en juillet 2015 à Paris: les 29 organisations membres de ce programme (dont le Partage/RAEE et les partenaires Maeecha et Mesad) se réuniront pour capitaliser collectivement autour des expérimentations déjà lancées. Quelques enseignements sur l’approche orientée changement sont déjà disponibles! Bonne lecture ! 

Vous pouvez consulter les enseignements sur ce document ci-dessous. 

prisme_enseignements_2_mai15_v2-1625-1722[1]

 

Séminaire de lancement du programme « PRISME » sur le changement

0
sur

logo prisme slider
Du 16 au 19 septembre prochain, le F3E organise, à Paris, un séminaire de lancement du programme PRISME qui vise à expérimenter des méthodologies innovantes pour planifier, suivre et évaluer des processus de changement.

Seront présents une cinquantaine de personnes issues des 29 organisations membres du programme (dont 14 membres du F3E, ONG et collectivités territoriales confondues), provenant de 10 pays : Sénégal, Bénin, Togo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Congo, Comores, Madagascar, Haïti et France.

Le riche programme de ces 4 jours permettra de créer une dynamique collective en vue des 4 prochaines années de travail en commun. Deux jours entiers seront consacrés à une formation-action sur l’élaboration et le suivi d’un « chemin vers le changement ». Le dernier jour permettra de préparer la feuille de route des 15 expérimentations à venir sur le terrain ainsi que  de la capitalisation collective.

Le programme PRISME a pour but d’apporter des solutions méthodologiques innovantes aux acteurs qui accompagnent des dynamiques telles que le renforcement de capacités, l’appui institutionnel, l’appui à la concertation, la sensibilisation, le plaidoyer, l’éducation au développement… Car la question est fréquemment posée : comment planifier, suivre et évaluer ces processus de long terme, qui visent avant tout à faire changer des acteurs (changement de pratiques professionnelles, de comportement, de relations entre acteurs…) ?

Article issu du site du F3E

Pour en savoir plus:

Présentation du programme sur le site du F3E

Cliquer ici pour télécharger le programme détaillé du séminaire

 

Formation sur le « Pluri-Acteur » les 6 et 7 octobre à Paris

0
sur

Logo F3ELes travaux du groupe « Education », animé par le F3E de 2010 à 2013, ont débouché sur  deux journées d’échanges, à Paris en mars 2014, sur le thème« Agir en pluri-acteurs pour une Education de qualité » et abouti à la publication de 2 guides « Penser les enjeux » et « Construire sa démarche », avec de nombreuses vidéos pédagogiques présentent les outils et expériences d’ONG et de leurs partenaires.

Dans la même dynamique de diffusion des bonnes pratiques, le F3E organise une formation sur: « Intégrer le pluri-acteurs dans son projet ».

Cette formation aura lieu les 6 et 7 octobre prochains, à Paris. Destinée aux ONG et collectivités locales du Nord et du Sud qui ont « envie de passer à l’action », elle apportera « des éclairages concrets sur la mise en œuvre d’une démarche pluri-acteurs », précise le F3E sur son site.

Les objectifs sont de :

– Comprendre les enjeux d’une démarche pluri-acteurs et les défis opérationnels

– Disposer de repères et d’outils pour mobiliser, suivre et animer une démarche pluri-acteurs au sein de son projet et programme

– Ebaucher un plan d’action pour initier une démarche pluri-acteurs.

Les participants travailleront sur leur propre contexte de projet ; des études de cas seront également proposées pour se familiariser avec les outils.

Julie Saturné, responsable de suivi de programmes à Partage qui avait participé au groupe « Education », co-animera cette formation, aux côté de l’équipe du F3E et du bureau d’étude belge ACE Europe.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 12 septembre.

Pour plus d’informations, le F3E vous invite à consulter cette page: http://f3e.asso.fr/-Formations-2014-.html .

 

Nouvel appel à projet de l’AFD sur l’éducation

0
sur

logo-AFD-pAprès un temps de concertation avec Coordination SUD pour le cadrage de la thématique, l’Agence Française de développement a publié un appel à proposition : « Accès et maintien à l’éducation fondamentale des populations les plus vulnérables ». Cet appel qui correspond à une subvention totale de 2,5 millions d’euros est lancé dans le cadre du dispositif Fisong (Facilité d’innovation sectorielle pour les ONG).

ONG du Nord et du Sud peuvent envoyer leur proposition de projet, seules ou en consortium. L’AFD précise dans son document cadre les critères de sélection des projets. Parmi les pays ciblés, voici ceux où opèrent des membres du réseau Partage-Lamako : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Liban et Madagascar. A noter que l’échange d’expertise avec un pays tiers est éligible.

La date limite de réception des propositions (note de projet de 9 pages maximum + dossier administratif) est fixée au 30 septembre 2014.

Pour en savoir plus:

 

Le 16 juin, Journée de l’Enfant Africain

0
sur

Cette année les ONG partenaires du Réseau Afrique Enfance Epanouie échangent sur les activités qu’elles multiplient pour plaider en faveur des droits des enfants. L’an prochain, elles espèrent développer des projets communs.

La Journée de l’Enfant Africain est célébrée chaque année en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leur droit à Soweto dans une ‘’Afrique du Sud apartheid’’ le 16 juin 1976. Ils protestaient contre l’imposition de l’enseignement exclusif en langue « afrikaans », langue identifiée aux défenseurs de l’apartheid.

Depuis lors, la célébration de la mémoire des jeunes victimes permet aux organisations agissant pour l’enfance, comme celles regroupées au sein du réseau RAEE, d’organiser un plaidoyer auprès des institutions et des politiques. C’est l’occasion de rappeler aux gouvernants les responsabilités dans la protection des enfants, de prendre de nouveaux engagements pour leur épanouissement et aussi de sensibiliser le public. Les événements doivent être festifs et ludiques, car il est l’essentiel d’associer les plus jeunes à la défense de leurs droits.

Les partenaires du RAEE sont nombreux à s’être impliqués. Ainsi en Côte d’Ivoire, l’ONG MESAD : « Nous espérons faire vivre un merveilleux moment aux enfants lors de cette énième journée de l’enfant africain, mais surtout nous espérons que cette activité sera l’occasion de faire un plaidoyer concernant la situation des enfants et de leur éducation », explique Meria Nadje, directrice des relations publiques.

En Afrique de l’Ouest également, au Burkina Faso, l’ASECD a voulu célébrer la journée du 16 juin pour : « Contribuer à améliorer les connaissances des enfants en matière des droits et devoirs des enfants. » et « offrir un cadre de divertissement et d’émergence des talents artistiques et littéraire des enfants ». L’association propose un exposé sur le contexte historique de la journée du 16 juin, une conférence sur les droits et devoirs des enfants, un jeu de questions-réponses sur le thème de la journée, un concours de poésie et un concours de danse en musique moderne africaine et traditionnelle. L’autre structure burkinabè membre du RAEE, le Dispensaire Trottoir, reste sur le principe d’un événement ludique. Djénéba Konaté, responsable éducation, annonce : « une kermesse au profit des enfants ».

Au Bénin, l’ONG Racines a de son côté prévu un concours littéraire, un concours de danse, des jeux et compétitions sportives itinérants dans 3 écoles de la région des Collines où son équipe opère, avec de petits prix à gagner par les enfants. Par contre, la fête a été différée à fin juin à cause de grèves dans le secteur de l’éducation…

Dans l’Océan Indien, aux Comores, Maeecha a lancé dès le mois dernier des tournois inter-écoles de football, handball et un concours d’écriture sur le thème des droits de l’enfant, qui se poursuivront jusqu’àla finale, le 14 juin. Une cérémonie festive de remise des prix et de plaidoyer sera ensuite co-organisée le 16 juin par les enfants, en présence des autorités du pays à Adda Anjouan. Au total ces événements toucheront« les quelques 13 000 enfants des écoles primaires publiques du Nyumakele », précise Nasser Youssouf, chargé de communication. Ça sera « l’occasion pour eux, non seulement de plaider et de sensibiliser les acteurs sur les aspects qui continuent de remettre en cause leurs droits mais aussi de s’exprimer, à travers différentes formes artistiques », sur le respect de leurs droits les plus fondamentaux devant leurs parents, les conseils d’écoles et les enseignants.

A Madagascar l’équipe sociale, l’équipe enseignante et l’équipe de parrainage de l’ASA organiseront des activités socioculturelles dans les 3 centres de la zone de migration. Au programme, un carnaval autour de chaque centre, une exposition sur l’origine de la journée et sur les droits des enfants, un concours de théâtre et un concours de poème… plus un « incontournable » match de football ! La journée sera bouclée par la distribution des prix aux gagnants de chaque discipline. Dans le sud de Madagascar où agit Bel Avenir, la journée de l’enfant africain –célébrée la première fois cette année par l’ONG- commencera comme il se doit par un match de football. D’autres animations sportives et des animations musicales et sensibilisations sur le thème de l’enfant africain rythmeront la fête, puis ensuite les filles percussionnistes de la Bloco Malagasy et des danseurs de capoeira. Les enfants malgaches vont se faire entendre ! « Pour que tous les enfants [..] puissent vivre une vraie vie d´enfant !», plaide sa représentante, Onjaniaina Ravaka.

13 et 14 mars 2014, réseau F3E – Journées d’échanges : Agir en pluri-acteurs pour une éducation de qualité

0
sur

Education, santé, eau, développement local… quelque soit notre secteur d’intervention, nous sommes tous amenés à travailler avec des acteurs variés. Avec un défi commun : collaborer pour l’amélioration durable de la qualité des actions.

Comment construire, entretenir et appuyer une dynamique pluri-acteurs ? Autour de quels enjeux et pour quels changements ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces interrogations, le F3E organise deux journées d’échanges, les 13 et 14 mars 2014, sur les dynamiques pluri-acteurs dans le secteur éducatif. Et ce à travers deux tables rondes, un guide, des outils, des vidéos, et des acteurs…

Aide et Action, Handicap International, Partage et Solidarité Laïque, membres du réseau F3E, vous invitent à venir échanger !

Programme détaillé et inscription sur le site du F3E