image

Bel Avenir : succès de la 4ème édition du « Pousse me baby » avec « Plus de légumineuses »

0
sur

photo_BADécidés à sensibiliser la population de Tuléar sur les bienfaits des légumineuses, près de 200 personnes ont rejoint la marche solidaire organisée par l’ONG Bel Avenir samedi dernier de Tuléar à Mangily (25 km).

Marche organisée dans le cadre de la campagne de collectes de fonds et de sensibilisation « Plus de légumineuses », « Pousse me baby, 4ème édition » a passé le message sur l’importance de la culture et de la consommation des légumes secs à plus de 1 000 personnes.

 

L’ASA et l’éducation: la participation des parents dans l’avenir des enfants

0
sur

Photo Asa_1 « Il n’y a pas de développement durable sans passer par l’éducation ». Telle est la devise de l’ASA pour l’avenir des enfants des familles réinsérées dans sa zone de migration.

Mais l’association ASA ne fait que passer. Il relève du devoir des parents d’élèves pour faire durer l’éducation de leurs progénitures d’où les impliquer davantage sur la vie économique, sociale, organisationnelle et éducationnelle – est une légitimité voire une obligation noble de la part de ces derniers pour que les enfants , de génération en génération jouissent des connaissances enfin d’avoir de capacité de résilience face à ce monde en perpétuel changement. C’est la raison pour laquelle, l’ASA a sensibilisé les parents d’élèves de constituer en APEL (Association des Parents d’Elèves). Cette association sera donc responsable à part entière de l’éducation des enfants en passant par la maintenance des infrastructures scolaires et la rémunération des enseignants par le biais de leur participation actives aux différents frais de scolarité. Cela ne pourrait pas se faire d’une année à une autre car le changement de mentalité sera de mise. Il fallait que les parents élaborent ensemble une « VISION » et cette vision va se décliner en changements intermédiaires tous les 2ans pour aboutir à un grand changement après 10ans. Petit à petit, les parents vont prendre en main la vie de l’école jusqu’à l’entreprendre, en entier, à moyen et pour le long terme. Mais déjà, un résultat est palpable cette année. L’APEL de l’école d’Ambatolahihazo (un des 3 Centres administratifs de l’ASA) a mis en place un terrain de basket-ball pour les enfants avec des fonds propres sous la houlette de l’ économie sociale et solidaire !

L’engagement de l’ONG Bel Avenir envers l’éducation est récompensé par le Ministère de l’Éducation Nationale

0
sur


Le Ministère de l’Éducation Nationale a récompensé l’engagement de l’ONG Bel Avenir pour ses actions éducatives menées depuis maintenant plus de dix ans. Le directeur régional de l’Éducation Nationale de l’Antsimo-Andrefana a remis au directeur de Bel Avenir Jose Luis Guirao un certificat de reconnaissance décerné par le ministre de l’Éducation Nationale Paul Rabary.

Ce certificat montre la satisfaction du ministère concernant les actions de scolarisation ainsi que la contribution de l’ONG à l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le sud de Madagascar.

Bel Avenir est une ONG malgache œuvrant dans le sud de Madagascar à travers des projets sociaux en misant sur “l’éducation comme moteur de développement”. L’organisation est membre du réseau solidaire international Eau de Coco, présent dans 8 pays, un réseau qui se mobilise autour des droits des enfants.

Dans sa volonté de lutter contre le travail infantile et l’abandon scolaire et de renforcer l’éducation et son accès, Bel Avenir a ouvert en 2003 le Collège des Salines afin de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les salines du quartier populaire d’Ankalika et de leur assurer un meilleur avenir.

De plus, Bel Avenir dispose des activités éducatives extra-scolaires (Centre d’Art et Musique, École de Sport, séjours éducatifs, etc.) afin de faire passer des messages de sensibilisation et d’éducation auprès des bénéficiaires et de la population en général.

Enfants du DT participent à la Semaine Nationale de la culture à Bobo-Dioulasso

0
sur

Troupe-Warba-Relwendé-de-KongoussiLa Semaine Nationale de la Culture (SNC) est une manifestation culturelle qui a lieu tous les deux ans dans la ville culturelle et historique de Bobo-Dioulasso, dans la région des Hauts-Bassins. Cette 18ème édition s’est tenue  sous le thème interpellateur « Culture et cohésion nationale ». Créée en 1984, la SNC vise la promotion de la création artistique et littéraire, la revalorisation du patrimoine culturel national, le rapprochement et le brassage harmonieux des différentes formes d’expressions culturelles du Burkina Faso, et le renforcement de la coopération culturelle internationale.

Dans une ambiance festive, les rues de la capitale économique du pays étaient pleines de monde. L’équipe du DT et les enfants bénéficiaires du programme ont pu participer aux différentes manifestations qui se déroulaient dans les quartiers et aux différents sites de la SNC.

Le MESAD interview M. TRAORE MODIBO, le représentant pays du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA)

0
sur

images

M. Traore MOBIDO

Le MESAD organisation de solidarité nationale, depuis maintenant 15 ans œuvre dans le domaine de la protection des enfants et de la promotion de la jeunesse. Durant ces 14 années  ce sont plus de  500 000  enfants, qui de près ou de loin ont profité des projets en faveur des enfants et des jeunes. Démarré sur la cause des enfants de rue à ses début, le MESAD travaille plus aujourd’hui avec les enfants  des communautés défavorisées d’Abidjan, de Yamoussoukro, de Toumodi, de Katiola, et de Dabakala et ceux en conflit avec la loi. Pour atteindre ses objectifs, le MESAD répond à des appels d’offres, bénéficie de dons et legs de mécènes. Des mécènes du MESAD appelés « champion(ne)s de l’éducation » s’expriment sur leur engagement pour la cause des enfants défavorisés. Les champions de l’éducation du MESAD, sont des personnes physiques,  qui sont préoccupées par la question de l’éducation des enfants en Côte-d’Ivoire, en particulier de ceux issus des familles nécessiteuses. Il contribue à hauteur de cent mille (100 000) Francs dans l’année à soutenir les actions du MESAD proposées aux enfants et pour les enfants. Un champion se prête à une interview dans le bulletin du MESAD  «Anouanzê ». Au travers de cet entretien, il nous parle des motivations de son engagement pour la cause des enfants.

MESAD: bonjour monsieur TRAORE

TRAORE : Bonjour

MESAD : comment allez-vous ?

TRAORE : Bien !

MESAD : que faites-vous dans la vie active ?

TRAORE : Fonctionnaire des Nations Unies, représentant pays de OCHA. Je note qu’OCHA est la structure de régulation de l’information des agences des nations unies dans les pays où elle est installée.

MESAD : comment avez-vous  entendu  parler  du  MESAD ?

TRAORE : A travers le bureau OCHA. Lors de ma prise de fonction, j’ai décidé de faire une tournée des organisations de la société civile dont j’avais eu de bon écho sur leur travail pour les populations défavorisées. Le MESAD faisait partie à cet effet des organisations à visiter.

MASAD : pourquoi   êtes-vous devenu  un  champion  d’éducation ?

TRAORE : Comme je le disais précédemment j’ai eu le plaisir de visiter le MESAD et lors de cette visite, l’équipe du MESAD m’a présenté les missions et les défis de l’organisation. C’est donc en présentant les défis que Mlle NADJE, Directrice des Relations Publiques, dont la direction est en charge de la mobilisation des ressources, m’a présenté le projet et l’opportunité d’être un champion de l’éducation. Je n’ai pas hésité un instant à m’engager à soutenir cette action. D’après ce que j’ai pu retenir les fonds récoltés contribueront à offrir des activités récréatives aux enfants et permettront de soutenir l’éducation des enfants.

Je me suis dit pourquoi pas ; Pour moi une telle contribution en valait la peine.

MESAD : quelle est  votre  satisfaction ?

TRAORE : Je félicite d’abords l’organisation pour ses différentes actions au profit des enfants et des jeunes. Il n’est pas aisé de trouver des organisations qui soient sérieuses et intègres dans la gestion des fonds dans la mise en œuvre des projets. Je sais et je reste convaincu que l’ONG utilisera bien ces ressources.

MESAD :que préconiseriez-vous  au  MESAD  pour  une  meilleure  prise  en  charge  des  enfants ?

TRAORE : Je pense que l’organisation devrait communiquer assez sur cette opportunité qui est donnée à chacun de contribuer au développement des enfants. J’ai envie de dire qu’il y a encore des personnes de bonne volonté qui ont le désir de poser des actions pour des enfants mais ne savent pas à quelle structure crédible s’adresser pour soutenir des enfants en difficulté ou issus de familles démunies.

Une autre chose que j’aimerais, c’est inviter les membres de l’organisation à impliquer  d’avantage les champions aux activités du MESAD sur l’éducation. Transmettre des rapports d’activités d’éducation aux champions de l’éducation et les inviter sur le terrain afin qu’ils touchent du doigt la réalité des enfants.

MESAD : êtes-vous prêt  pour  un  nouvel  engagement  des  enfants ?

TRAORE : Je pense que je le ferai volontiers à nouveau.

MESAD : votre mot  de  fin  M.  TRAORE MODIBO

TRAORE : Mes remerciements et encouragements pour votre engagement et contribution à la scolarisation des enfants ivoiriens.

L’ASA nous invite à visionner le clip « MAHANDRY ASA 150 secondes »

0
sur

Logo ASA (relook) 2011Une association du réseau de notre partenaire à Madagascar, l’ASA, vient de réaliser un petit documentaire. Le clip « MAHANDRY ASA 150 secondes »  de l’Association Casa Tana pour les Sans Abris de Madagascar est en lice pour un concours « Fast & Curious » organisé par le festival  » Curieux Voyageurs ». Plus il sera regardé et plus il obtiendra de « Likes » et plus il aura de chance d’être retenu… et  de faire connaître l’ASA… et de soutenir son action !

Voici le lien : http://www.youtube.com/watch?v=SNoto8HXoY4&sns=em

 

Partage, Maeecha, Mesad et RAEE réembarquent au sein de la deuxième phase du Prisme

0
sur

Logo PrismeLa première phase du Prisme, programme porté par le F3E et appuyé par l’AFD, vient de se terminer fin 2015. Dans cette première étape nous avons, avec nos partenaires, réalisé 2 séminaires collectifs et 2 ateliers de construction d’une vision à long-terme autour des approches orientées changement (AOC).  Les deux projets d’expérimentation  en Afrique, Maeecha et Mesad,  ont réalisé une analyse approfondie de leur contexte et du système d’acteurs. Ils ont également développé une vision à 10 ans, des stratégies de changement assortis d’activités précises et enfin ils ont élaboré un dispositif de suivi-évaluation.

Dans la deuxième phase, Mesad et Maeecha vont opérationnaliser et éprouver ces dispositifs mis en place. Ils iront collecter, analyser, mettre en débat les résultats du suivi et en fonction de ceux-ci réajuster les chemins, la stratégie et les activités. Au-delà du caractère expérimental de cette deuxième phase, les membres du Prisme souhaitent réinterroger les pratiques actuelles de suivi et évaluation et articuler les approches changement et les approches basées sur les résultats.

C’est un défi passionnant qui nous attend !

 

MESAD – Projet LIRE : dons de livres pour la bibliothèque au Centre Amis de Cœur

0
sur

20160109_102420

Les enfants au Centre Amis de Cœur

La bibliothèque en cours de création au Centre Amis de Cœur (CAC) a reçu des dons de plusieurs livres le samedi 9 janvier 2016 de la part de plusieurs donateurs (les enfants de Monsieur KASSI Euloge, la Directrice des Relations Publiques du MESAD et présidente du Rotaract Abidjan Excelsior Mlle. Meria NADJE et un donateur anonyme). Les enfants du Centre ont aussi pu bénéficier de séances de lecture faites par Monsieur MADOU Stéphane, membre du Rotary Abidjan Excelsior et Mlle. Corinne DOUDOU, Présidente du Rotaract Abidjan.

 

Cette initiative des clubs ROTARACTs Excelsior et Adjame s’inscrit dans le cadre du projet LIRE, INSTRUIRE, RECRÉER, ÉVEILLER (L.I.R.E), au profit des enfants encadrés par le MESAD. Cette collecte de livre se fait à travers des séances de lecture et une collecte de livre auprès des clubs amis, des entreprises, et des privés.

Afin de contribuer à ce projet, le MESAD invite toute personnes de bonne volonté et/ou intéressées par l’éducation des enfants à s’inscrire dans cette dynamique en contribuant à constituer une bibliothèque pour les enfants du Centre Amis de Coeur (CAC) et des quartiers de Yaosehi et Doukouré dans la commune de Yopougon.